Questions-réponses


5

Voici une série de questions posées par les participants

Q1 : Quelle est la différence entre le Comité de Quartier et le Conseil Citoyen de Secteur ?
Q2 : Comment contrôler le comité de quartier ?
Q3 : Les scolaires dans les porches
Q4 : Propreté
Q5 : Où sont les commerçants ?
Q6 : Comment accéder aux sites de la Ville et de l’Agglomération ?

Q1 : Quelle est la différence entre le Comité de Quartier et le Conseil Citoyen de Secteur ?

Le Comité de Quartier Clerondegambe est une association 1901 dont le but est de défendre les intérêts des habitants du quartier dont les limites ont été définies plus haut.

Le Conseil Citoyen de Secteur Montpellier-Centre a pour but de relayer l’information entre les comités de quartier - tels que le nôtre - et la mairie. Ce quartier Montpellier-Centre englobe les quartiers Boutonnet - Les Beaux Arts - Les Aubes - Antigone - Gares - Comédie - Gambetta - Figuerolles - Les Arceaux -Centre Historique.

La première réunion de ce Conseil Citoyen de Secteur - le 14 novembre 2001 - a permis surtout de lier connaissance entre les élus de ce conseil et les différents représentants des comités des quartiers intéressés. Malgré un début un peu houleux, nous espérons que cette structure comité de quartier - Conseil Citoyen de Secteur - mairie fonctionnera pour le bien de tous.

On peut contacter ce Conseil Citoyen de Secteur à la Maison de la Démocratie :
16 rue de la République
34000 - Montpellier
Tél 04 67 34 71 94

Q2 : Comment avoir un droit de regard sur le fonctionnement du Comité de Quartier ?

Réponse : en assistant à ses réunions ou à ses permanences, en écrivant au Comité Clerondegambe.

Q3 : Problèmes des scolaires qui déjeunent sous les porches des immeubles

Des élèves des établissements scolaires du quartier, au lieu de manger à la cantine, vont grignoter sous les porches des immeubles environnants, voir parfois sur le trottoir entre 2 voitures. Les personnes ayant essayé d’intervenir ont pour la plupart essuyé quolibets et insultes. Les chefs d’établissements indiquent que leur responsabilité s’arrête aux portes de leur école. Et la police n’a pas suffisamment d’effectifs.

La principale gêne ne vient pas de la présence de ces scolaires qui animent tout de même notre quartier, mais surtout des saletés qu’ils laissent derrière eux et que les résidents doivent nettoyer à chaque fois.

Voici quelques suggestions :

Un projet de loi est en cours à ce sujet. En attendant on peut appeler la police ou la mairie pour faire dégager les élèves.

Voir avec les enseignants pour faire une information auprès des élèves - généralement assez sensibilisés à la sauvegarde de l’environnement -, avec des statistiques parlantes, comme par exemple le poids de déchets qu’ils laissent derrière eux en un an.

Q4 : Propreté

Poubelles stationnant sur les trottoirs : bien que les poubelles aient été dimensionnées afin de rentrer dans les immeubles, la plupart des riverains les laissent sur le trottoir. Sont-ils dans l’impossibilité de les rentrer ? Il existe un problème particulier rue Balard (exemple : grande poubelle en piteux état et très sale, angle rue du Grand-St-Jean - rue Rondelet).

L’écusson bénéficie de poubelles encastrées. Pourquoi pas notre quartier ?

Les poubelles vertes posent un problème. On y met n’importe quoi...

Q5 : Faible représentativité des commerçants dans le comité

L’implication des commerçants du quartier dans le comité n’est pas encore parfaite. Les commerçants et habitants ont certains intérêts communs.

Q6 : Comment accéder aux sites de la Ville et de l’Agglomération ?

- Site internet de la Ville de Montpellier
- Site internet de l’Agglomération

mercredi 17 octobre 2001

haut de page :: :: SPIP